Tribune BNV Novembre 2010

Publié le vendredi 7 septembre 2012

Une pollution méconnue mais néanmoins néfaste est le bruit généré par les véhicules à moteur : Les maisons qui vibrent au passage vrombissant des camions et des voitures ; Les enfants qui sursautent au bruit d’une moto ou d’un quad qui passe à vive allure.

L’influence perverse de cette pollution insidieuse provoque un état de stress chez les enfants comme chez les adultes, et favorise les comportements agressifs. C’est une question de Santé Publique.

Mais c’est également le signe d’un malaise profond de notre société et d’un déséquilibre de plus en plus sérieux. Notre société dite de « communication » pousse à l’égoïsme ; chacun sa voiture et la plus grosse possible. Le constat s’impose : chacun vit dans son monde et veut puissamment le faire savoir. La grande perdante est la relation humaine et la convivialité.

À quoi, à qui sert tout ce bruit ? Pourquoi ne pas revenir au respect de chacun et au respect de la nature ? Car le bruit dérange aussi le « monde sauvage », la sérénité d’une journée de pêche ou d’une balade en forêt.

Ecolo soutient les limitations de vitesse des véhicules dans nos villages et notre ville ainsi que dans les zones boisées. Et la création de zones pour la mobilité douce et des rues sans voiture.

Revenons à un rythme de vie plus serein. Qui donnera une meilleure vie à notre progénitures et à nos anciens.

Aoulad Messoud (secrétaire de la locale Ecolo) et Henri Chartier.