Tribune BNV Aout 2010

Publié le vendredi 7 septembre 2012

Ce début d’été a été particulièrement chaud, avec malheureusement son lot d’orages violents. Que peuvent bien valoir nos maisons bien isolées quand l’eau rentre par les caves, ou nos panneaux photovoltaïques quand les toitures sont emportées par les tempêtes.

À une époque ou la nature se révolte contre des années d’abus, le citoyen doit attendre de sa commune qu’elle face les efforts pour proposer des solutions en matière d’urbanisme et d’aménagement du territoire en adéquation avec les problèmes environnementaux que nous subissons dus au réchauffement climatique.

Bien entendu, tous les risques ne peuvent être prévenus. Mais des solutions en matière d’aménagement de l’espace existent pour éviter certains débordements de la nature. Le revêtement des parkings pourrait être rendu perméable pour éviter les écoulements d’eau de pluie. Contre l’écoulement des boues, on pourrait envisager de planter des arbustes le long des champs. Ou tout simplement entretenir nos cours d’eau.

D’autres solutions sont à inventer ou à réinventer et surtout éviter les solutions « sparadraps » et penser « solutions durables ». Ne pas envisager des projets à travers les enjeux actuels mais avoir une vision à très long terme. En matière d’égout par exemple la commune tend à se conformer à la directive européenne du 21 mai 1991. Ecolo souhaite des égouts qui auraient la prétention d’une ville dont la population sans cesse s’accroît.

Ecolo est soucieux de soutenir la population par un questionnement critique sur les conceptions du développement et du rapport entre la ville et son environnement. C’est par des efforts conjugués de la part des citoyens et des autorités communales que nous ne subirons plus la colère de la nature mais vivrons avec ses sautes d’humeur.

Pour le groupe Ecolo : Aoulad Messoud, Secrétaire de la locale