Comment se passe un Conseil Communal ?

Publié le jeudi 16 mai 2013

Comment se passe un conseil communal ?

Lors du conseil communal de Braine-le-Comte, du 29/04/2013, plusieurs sujets ont été débattus, dont deux plus épineux.

Le premier, qui agrée la majorité, signature d’une convention entre le SPW et la commune concernant les bateliers occupant le bief 27 à Ronquières.

Divers bateliers rencontrés par Ecolo, sans être totalement opposés à cette convention, souhaitent néanmoins rencontrer des membres du collège afin de mettre au point et de préciser certains articles avant que cette convention ne soit signée.

Réponse, il y a près de 20 ans que ces habitants souhaitent être reconnus au même titre que les autres habitants Brainois et ils ont été rencontrés en son temps.

Peut-être ? Mais il y a certainement beaucoup de nouveaux depuis lors.

Conclusion : cette convention sera signée et tous les occupants seront rencontrés APRES la signature de celle-ci afin de discuter des mesures à prendre concernant l’estéthique des péniches, l’entretien de celles-ci, des berges et terrains adjaçents et la négociation d’un nouveau bail.

Bel exemple de concertation des élus avec leurs électeurs.

Le deuxième point, qui n’agrée absolument pas la majorité et une partie des citoyens, il faut le reconnaître, la mise en place d’un champ éolien.

Nous devons alors entendre un discours étoffé du Bourgmestre qui ne manque pas de préciser que les riverains ont été largement consultés et qu’une pétition contre ce champ éolien a été largement suivie et qu’Ecolo s’assied sur la démocratie en ne les écoutant pas.

Deux poids deux mesures mais, il faut bien le dire, il y a beaucoup moins de bateliers électeurs potentiels, que d’ anti-éoliens.

Le conseiller Ecolo veut alors rétorquer que cette pétition a été signée effectivement par un nombre important de citoyens mais émanant de plusieurs communes et que les autres, il est alors sèchement coupé par Monsieur le Bourgmestre qui déclare devant le conseil et les citoyens présents, je le cite : « les autres sont sans doute pour vous (ecolo) des UNTERMENSCHEN « alors que le conseiller écolo voulait simplement dire que la proportion de citoyens n’ ayant pas signé cette pétition ou ne s’étant pas prononcés était nettement plus importante.

Il y a des mots employés en des temps tragiques de sinistre mémoire que nous espérions ne plus jamais entendre dans la bouche d’un homme politique...qui de surcroit se targue d’être historien !